Consommation de gaz
Soyons plus, pour payer moins !
Faire des économies > Revoir son Isolation Thermique

Revoir son Isolation Thermique

revoir son isolation thermique

 

Afin de faire des économies de gaz de ville, il existe tout un tas de petits gestes simples à réaliser au quotidien comme réduire sa consommation de gaz en adoptant la bonne température intérieure, en contrôlant régulièrement ses radiateurs ou encore en réglant correctement son thermostat. Une fois ces bonnes habitudes en place, si vous constatez que vos factures de gaz sont encore trop élevées, il se peut que le souci vienne d’une mauvaise isolation. Dans cet article, nous revenons sur les différents types d’isolation qui s’offrent à vous pour réaliser des économies.

 

Une brève définition de l’isolation

 

Il existe plusieurs sortes d’isolation comme l’isolation phonique pour vous protéger des bruits ou l’isolation thermique pour empêcher les pertes de chaleur/fraicheur. Celle qui nous intéresse dans notre cas est bien évidemment la dernière. Elle a pour but de réduire la consommation de gaz nécessaire pour maintenir la température souhaitée dans votre habitation. Elle sert également à diminuer l’augmentation de la chaleur en été. Enfin, l’isolation s’effectue au niveau des ponts thermiques, c’est-à-dire les zones où l’air extérieur peut communiquer avec l’intérieur comme les portes, les fenêtres, la toiture, les murs ou les sols.

 

L’isolation thermique par l’intérieur

 

Le 1er type d’isolation thermique est l’isolation thermique par l’intérieur ou ITI. Comme son nom l’indique, cette technique consiste à appliquer le matériau isolant sur les murs intérieurs de l’habitation. De cette manière, les parois froides en contact avec l’extérieur sont isolées et cela permet de mettre un terme aux condensations ainsi que d’optimiser le confort énergétique.

 

L’avantage principal de cette méthode est qu’elle est bien plus accessible financièrement et en termes de compétences. Vous pouvez facilement vous débrouiller seul et pour pas trop cher avec quelques conseils. L’inconvénient est que vous perdez un peu d’espace de vie étant donné que l’isolant se place à l’intérieur contre les parois.

 

L’isolation thermique par l’extérieur

 

Moins courante, l’isolation thermique par l’extérieur ou ITE revient à entourer l’habitation d’un matériau isolant. C’est une méthode très efficace pour venir à bout des ponts thermiques et améliorer la performance énergétique de votre bâtiment. De plus, vu que tout se fait à l’extérieur, vous ne perdez rien en surface habitable.

 

Par contre, l’isolation thermique par l’extérieur représente de lourds travaux qui sont donc plus chers et qui nécessitent de faire appel à des professionnels qualifiés. Dans la plupart des cas, ce type d’isolation est alors réservé aux rénovations plus importantes ou aux ravalements de façades. Par ailleurs, elle modifie votre coefficient d’occupation au sol et altère l’aspect de l’habitation.

 

L’isolation thermique des combles

 

Pour finir, le dernier type d’isolation est l’isolation thermique des combles ou ITC. Cette isolation n’est pas des moindres puisqu’étant donné que la chaleur monte dans un bâtiment, on estime que le toit est responsable à lui seul d’environ 1/3 des déperditions de chaleur. Ce n’est donc pas un élément à négliger, c’est même la première chose à vérifier quand on parle d’isolation. L’isolation des combles permet non seulement de ne pas perdre la chaleur l’hiver mais aussi de ne pas la faire entrer de trop l’été.

 

Comment choisir son isolant thermique ?

 

Une fois que vous avez choisi le type d’isolation qui fait le plus sens selon votre situation, il est intéressant de s’attarder sur les différents isolants thermiques disponibles. Parmi eux se trouvent par exemple la laine de verre, de bois ou de roche, le polyuréthane, le polystyrène étendu, etc.

 

Sa résistance thermique

 

Pour commencer, il faut regarder ce que l’on appelle la résistance thermique qui témoigne de son niveau de performance. Celle-ci est notée R et elle est donnée en m²/°C/W. Typiquement, plus sa valeur est grande, plus le matériau est efficace. Pour qu’un matériau soit qualifié d’isolant, sa résistance thermique doit être d’au moins 0.5 m²/°C/W.

 

Sa longévité

 

Il y a ensuite un autre facteur important à prendre en compte lors du choix de son matériau isolant : sa durée de vie. En effet, tous les isolants ne sont pas tous égaux. Habituellement, ce sont ceux utilisés pour isoler le sol qui dure le plus longtemps. Une fois installé, ils peuvent y rester des dizaines d’années sans problèmes. De leur côté, les isolants muraux sont généralement remplacés en même temps que les travaux d’aménagement qui peuvent avoir lieu dans une pièce. Enfin, l’isolant de la toiture sera changé au même moment que la nouvelle toiture.

 

Son impact sanitaire et environnemental

 

Pour finir, il est bon de garder en tête lors de son choix l’impact environnemental et sanitaire du matériau. Certains seraient moins bons que d’autres pour la santé et l’environnement. A cet effet, des fiches de déclarations environnementales et sanitaires (FDE&S) ont été créées pour informer l’acheteur de cet impact. Pour cela, elles analysent le cycle de vie du matériau depuis son extraction jusqu’à sa fin de vie.

 

© Gaz Moins Cher.fr, tous droits réservés | Plan du site | Mentions légales
L'énergie est notre avenir, économisons-la.